Le cancer – cette « maudite » maladie qui tue un nombre effarant de gens tous les jours cessera-t-il sa vicissitude mortelle. Les recherches pour trouver un vaccin pour contrer le cancer en général sont nombreuses. Bien que les scientifiques s’affairent à cette tâche, les progrès dans le développement de vaccins contre ce tueur restent colossaux et de plus en plus nécessaires. 

Les vaccins sont en fait des traitements qui favorisent la production d’anticorps par le système immunitaire pour combattre une maladie quelconque. La majorité des vaccins sont conçus avec l’objectif de prévenir les maladies infectieuses causées par exemple par des virus tels la grippe ou la rougeole. Il existe des vaccins pour prévenir certains types de cancers cependant la majorité sont toujours à au stade recherches et font encore l’objet d’études cliniques. On compte des vaccins de plusieurs types tels des vaccins prophylactiques (vaccin contre le virus du papillome humain, vaccin contre l’hépatite B), des vaccins thérapeutiques, des vaccins à base de cellules tumorales entières, des vaccins à ADN et autres. Tous ces vaccins tentent de prévenir certains cancers ciblés mais une nouvelle découverte visant toutes les formes de cancers est à l’étude et promet des avancées majeures.

vaccin pour contrer le cancerDes scientifiques de l’Institut Pasteur qui ont testé un composé synthétique sur des souris atteintes de cancers, a eu un effet inespéré en provoquant le rejet chez les dites souris des tumeurs cancéreuses. Cette découverte dans le domaine de l’immunisation est un pas de géant vers un vaccin contre le cancer. 

Les résultats primaires qu’on obtenu les scientifiques démontrent que une vaccination de type prophylactique c’est-à-dire une vaccination avant l’apparition du cancer, protège les souris contre le développement de tumeurs dans soixante-dix à quatre-vingt-dix pourcent des cas. Ce qui est d’autant plus remarquable est que ce vaccin administré à des souris déjà atteintes de tumeurs a permis à quatre-vingt pourcent d’entre elles de survivre à leur cancer en se débarrassant des tumeurs existantes. 

Evidemment il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions finales cependant, cette découverte est de bon augure. Il faudra travailler à différencier les cellules cancéreuses des cellules en santé pour que le système immunitaire ne s’attaque qu’à celles qui sont malades. 

Avec ces nouveaux résultats, et d’autres recherches reliées à l’identification d’antigènes pour traiter les cancers, il faudra tester et appliquer ces stratégies à l’homme. L’idée qu’une simple injection pourrait protéger les gens d’un tueur si dévastateur est maintenant une possibilité. Les recherches en immunologie (la vaccination) joue un rôle certain dans le contrôle des maladies cancéreuses. De nouveaux traitements et thérapies oncologiques sont indispensables à notre survie.