Mais qu’est-ce que le « cupping » et à quoi ça sert ? Voilà une question que tout le monde se posait lors des Jeux Olympique de Rio alors que Micheal Phelps, ce nageur américain affichait des ronds violets sur sa peau avant ses épreuves de natation.  Et bien, ce qu’on appelle le « cupping » est tout simplement le résultat d’une méthode de récupération qu’utilise plusieurs gens pour soulager la tension dans les muscles et favoriser une certaine relaxation.

cupping Ayant une origine ancestrale lointaine, le « cupping » vient de la médecine traditionnelle chinoise et a pour but de soulager ou plutôt calmer les douleurs musculaires.  On repose sur la peau (le dos, les bras, le torse, les jambes) des ventouses (cup) de verre ou de bambou qui tire la peau et ont un effet de succion qui combat les crampes et les courbatures mais surtout provoque une action stimulante sur les performances et la récupération en générale. Les ventouses doivent être placées à des endroits bien précis du corps pour avoir une efficacité maximale et elles (les ventouses) créent un flux sanguin dans une orientation bien spécifique pour qu’il se régénère et permettre l’évacuation de toxines dans le sang.   Méthode ancestrale mais encore pratiquée par diverses cultures, cette technique ancienne connaît un nouveau souffle chez les athlètes qui désirent de meilleurs résultats lors d’entraînements et de compétitions.  Elle est aussi utilisée et populaire  chez les vedettes pour traiter des problèmes de cellulite.

Outre les chinois, ce moyen de traiter plusieurs maladies était aussi largement utilisé par les grecs, les arabes et les indiens  - l’acupuncture et les ventouses (le cupping) étaient considérés comme un art – « L’art de guérir ».

Cela dit, le « cupping » est-il efficace et est-il dangereux ?  Cette technique n’est pas douloureuse mais elle peut laisser des marques sur la peau pendant quelques jours.  Un peu comme un ecchymose  qu’on se ferait  en se heurtant un membre, mais  qui s’estompe dans un laps de deux ou trois jours.  Elle doit être pratiquée par un professionnel de la santé qui connaît la méthode et préférablement qui travaille avec les athlètes qui utilisent celle-ci.  Évidemment, les athlètes qui ont recours au « cupping » la dise très efficace puisque qu’ils s’y prêtent.  La technique n’est pas considérée comme dangereuse car elle n’implique que des méthodes naturelles et non chimiques.  Cependant, le « cupping » suscite le scepticisme dans la communauté scientifique qui doute de son efficacité.  Libre aux gens de faire leur choix et de prendre la décision d’essayer le traitement.

En conclusion, il n’est pas possible de savoir si la méthode de ventouses fonctionne vraiment mais tous s’entendre pour dire que les risques à essayer le « cupping » sont minimes donc si les gens croient que celle-ci peut leur faire du bien et aider leur maux de dos, inconforts, bref à récupérer, il peut être intéressant d’essayer celui-ci.  Le risque à prendre est celui d’aller mieux !